Un investissement à plus de 100M$ chez Virtus.pro, pour quoi faire ?

Un investissement à plus de 100M$ chez Virtus.pro, pour quoi faire ?

0
PARTAGER

Au lieu de dire aussi souvent qu’il faut « faire avancer l’esport », nous allons devoir bientôt devoir avouer qu’il explose vraiment, surtout au niveau économique. L’information est relayée ce matin par HLTV.org, la société USM Holdings se prépare à investir… plus de 100 millions de dollars dans la powerhouse russe Virtus.pro.

Le fondateur d’USM Holdings est un oligarque russe de 62 ans, Alisher Usmanov, habitué des gros investissements dans divers domaines d’activité, de l’industrie aux télécoms en passant par internet ou l’exploitation de matières premières. Il va permettre aux Virtus de passer un nouveau cap, comme l’explique le copropriétaire de la structure, Anton Cherepennikov :

« E-sports are a unique proposition, uniting the sports, media and the internet industries », says Ivan Streshinsky, a member of USM Holdings’ board. It is a fast-growing market, which has already generated huge interest around the world and Virtus.pro is the leader in the e-sports industry in Russia. I am confident that the support from USM will spur the company’s further development and enable it to take its projects to a whole new level.

Anton Cherepennikov, 15 octobre 2015

virtus-pro-logo

Un investissement qui permettrait à la structure « d’organiser des tournois, se lancer sur des nouveaux jeux, créer des chaînes media, et construire des esport arenas (au pluriel) », toujours d’après Cherepennikov. Ce qui amène à se poser quelques questions.

Il y a 10 ans, être en mesure de payer les déplacements, 5 t-shirts sérigraphiés et le McDo a des joueurs permettait de recruter et d’entretenir une section Top Fr, et présente sur la scène continentale. Aujourd’hui, en entrant dans la danse avec 150k€, on ne peut plus faire grand chose d’autre que du imG ou du Virus Gaming. Normal donc que les équipes se lancent dans une course à la puissance financière, afin de grappiller une part toujours plus importante du gros gâteau esport.

Il y a quelques jours, nous parlions des nouveaux investisseurs de l’esport, avec un focus particulier sur les célébrités. Cette info, sur l’arrivée d’un oligarque russe, pourrait être une nouvelle étape : et si l’esport devenait la nouvelle lubie des tout-puissants ?

Ces 20 dernières années, les Berlusconi (Milan AC), Al Fayed (Fulham) Abramovitch (Chelsea), Al Thani (PSG), Al-Fahim (Manchester City), Rybolovlev (AS Monaco) ou encore Thorir (Inter Milan) ont débarqué dans le milieu du football professionnel en investissant des sommes faramineuses. L’oligarque russe propriétaire de Chelsea, Roman Abramovitch, a, à lui seul, investi environ 2,8 milliards de dollars entre le moment où il a racheté le club en 2003, et la victoire de son club en Ligue des Champions, au printemps 2012. Et si le temps était venu pour eux de cibler autre chose que le ballon rond (ou par exemple aussi les franchises de sport US) ?

Alors certes, la situation est légèrement différente dans le cas des Virtus Pro, puisqu’il s’agirait, d’après les quelques infos disponibles, d’un simple investissement, et non d’un rachat comme dans les clubs de football cités ci-dessus. Seulement, si Usmanov pouvait ainsi titiller l’égo d’autres milliardaires, et agir en précurseur des gens de cette caste dans l’esport, why not ? De toute manière, compte tenu des indicateurs de croissance de l’esport, il est évident que -sauf accident industriel majeur- ces gens finiront tôt ou tard par venir poser leurs grosses valises de dollars dans le monde du sport électronique. Tremble Webedia !

Crédit images : ESL One, Virtus Pro

Vous aimez IEWT ? N’hésitez pas à le faire savoir, et votez In esport we trust pour les Golden Blog Awards 6.

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE