Russie, homophobie et calomnie : welcome to DH Moscow

Russie, homophobie et calomnie : welcome to DH Moscow

6
PARTAGER

Qu’il semble loin le temps où les plaisirs de la DreamHack étaient réservés aux courageux prêts à faire le déplacement jusqu’à Jönköping… La structure suédoise qui a su évoluer avec son époque a eu la clairvoyance de se développer à l’international, pour proposer aujourd’hui des événements en Espagne, en Roumanie, et même, actu oblige, en France pour bientôt.

Mais avant de débarquer dans l’hexagone, la DH met le cap à l’est, en direction de la troisième Rome, capitale de la mère patrie. Dans un peu plus d’un mois, les 13 et 14 septembre, la planète esport a donc rendez-vous du côté de Moscou dans un événement qui dev(r)ait être des plus intéressants. Devait, et non devrait, car la liste des inscriptions SC2 n’a effectivement pas de quoi soulever les foules.

dreamhack-night-shotLa Dreamhack, et ses écrans… (source : esportsmax.com)

Difficile au premier coup d’œil de comprendre les causes de la désaffection pour cette DH Moscow. S’agit-il d’un manque de motivation à cause du cashprize, qui n’offrira que $10000 au vainqueur ? Si encore les pro-gamers roulaient sur l’or, l’argument serait acceptable, mais tout le monde sait que c’est loin d’être le cas. Non, le problème porte évidemment sur le pays d’accueil de cette compétition, la Russie.

En effet, le milieu de l’esport, par l’intermédiaire de l’un de ses plus dignes représentants, TotalBiscuit, se découvre une conscience, une conscience politique et morale. Pourtant, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il faudrait déjà balayer devant sa porte avant de se lancer sur ce terrain là. Développons.

Un homme de morale dans un milieu honnête

  • We’re not sending players for a couple of reasons. Firstly, Russias rampant homophobia. Not only is it morally repugnant, but it puts our players at risk. Korean males are culturally very comfortable with being close to each other. Holding hands, sitting on others laps etc, not at all uncommon. In Russia this could be mistaken for gay behavior and may result in misunderstandings that could even lead to violence. There are plenty of incidents where gay or « we thought he was gay » people have been beaten in Russia. Secondly, Russias belligerence in how they’re acting with the Ukraine is reason enough to keep our players out on both moral grounds and with concern to their own safety.

John « TotalBiscuit » Bain – 06 août 2014

Ainsi, c’est principalement à cause de l’homophobie que TB n’enverra pas ses coréens en Russie, une décision forte de sens, notamment de la part de celui qui peut être considéré dans le milieu comme un influenceur. Oui, la Russie n’est pas le pays le plus tolérant du monde, et il n’est pas forcément le plus accueillant non plus pour les communautés LGBT depuis la promulgation de la loi anti-propagande homosexuelle en 2013. Mais avant même de s’intéresser au cas russe, le milieu de l’esport est-il un modèle de tolérance ? Non loin de là, et ce n’est pas l’ouverture d’esprit qui étouffe cet univers.

Russian police detain a gay rights activist during a protest in St.PetersburgManifestation pro-LGBT à Moscou (source : huffingtonpost)

Le lien le plus évident entre cause LGBT et esport est évidemment représenté par Sasha « Scarlett » Hostyn. La brillante joueuse zerg canadienne, a eu le courage de parler publiquement de son changement de sexe, un cas unique dans ce milieu. Est-il utile de revenir sur les réactions qui ont suivi ? Et sur tous les messages qui sont toujours régulièrement postés à propos de celle qui est toujours dans l’esprit de pas mal de joueurs une transexuelle avant d’être une fille ? La haine virtuelle, celle qui ne s’exprime qu’à travers de simples messages est peut-être moins brutale que celle que TB évoque dans son message, mais elle est tout aussi représentative d’un certain état d’esprit. Dans une moindre mesure, et en dépassant le cadre de l’esport pour celui du speedrun, le cas de l’arrivée de DamDam sur la webTV GamingLive de JeuxVideo.com en est également un bon exemple, qui a forcé le site à se justifier sur sa décision d’enrôler la joueuse. On croit rêver.

Dans le même ordre d’idée, aucun cyberathlète n’a à ce jour entrepris un coming-out. Sur ce point, le rapprochement entre sport traditionnel et esport qui tient à cœur à tant de gens est établi. Le décalage entre les messages institutionnels d’appel à la lutte contre le racisme ou l’homophobie (tels que le « No To Racism » de la FIFA), et les faits, est flagrant. Il est navrant de voir qu’en 2014, seule une poignée de sportifs ose faire un coming-out public… une fois leur retraite prise, et que cela s’apparente à l’annonce la plus importante de leur vie, quitte parfois à mal se terminer, comme pour le footballeur anglais Justin Fashuanu.

Le sport est un miroir de nos sociétés contemporaines, de son évolution, et de ses maux. L’esport suit cette même logique. A l’heure du débat (sans fin) sur l’égalité des sexes, l’esport féminin ne semble être que le faire-valoir commercial de quelques marques. A l’heure où la corruption est un mal qui touche tous les pans de nos sociétés, les paris sportifs font d’énormes dégâts, aussi bien dans le sport traditionnel que dans l’esport (Match Fixing Scandal en 2010, tentative de suicide de AHQ Promise en 2014).

Partant de là, refuser d’envoyer ses joueurs dans une compétition russe parce que « le comportement des coréens, culturellement très proches […] pourrait être pris comme un comportement homosexuel »… Plz TotalBiscuit, ferme-là pour une fois, tu vaut tellement mieux que ça. Peu importe les raisons pour lesquelles tu n’envoies pas tes joueurs en Russie, mais ce prétexte est au mieux de l’ignorance (comme l’a souligné Carmac sur Twitter), au pire de la connerie. Surtout lorsqu’il s’agit de « protéger » des joueurs originaires d’un pays loin d’être exemplaire sur ce genre de sujets… Sinon TB, c’est bien dans ton pays qu’on jette des bombes dans les bars gays de Soho, non ?

En Russie, chaque week-end, des hommes se font des calins et des caresses en public. MER IL SON FOU !

La Russie, épicentre du mal…

… au moins du point de vue occidental. Même si la guerre froide est terminée depuis bien longtemps, la plupart des pays occidentaux, par la voix de leurs médias indépendants exercent un fort russian bashing. Ainsi, à l’heure de la lutte contre les préjugés et les discriminations, le russe est régulièrement présenté comme un rustre, grande gueule, adepte de la vodka et crédule face à la propagande du camarade Vladimir sans que cela n’émeuve personne.

Les récents jeux olympiques de Sotchi ont été un apogée de cette diabolisation systématique. Pendant quelques semaines, la plupart des médias occidentaux ont davantage débattu de la question des droits des homosexuels en Russie que des épreuves sportives à venir, tels des petits révolutionnaires de salon. Un intérêt pour la cause LGBT, très vendeur, qui s’est évidemment éteint en même temps que la flamme olympique, inutile normalement de le préciser.

Cette diabolisation a parfois même pris des faces ridicules, lorsque les médias se sont mis à critiquer… les rideaux dans les chambres d’hôtel (merci CNN), ou se sont jetés sur l’histoire du loup filmé dans un couloir d’une résidence de sportifs, comprenant après coup qu’il s’agissait d’un fake…

Du journalisme d’investigation typiquement américain sur le sol russe objectif

En attendant, t.A.T.u, groupe icône de la communauté gay russe a chanté pendant la cérémonie d’ouverture de ces JO (tandis que les donneurs de leçons occidentaux censuraient, il y a quelques années, le clip de ces deux chanteuses en train de s’embrasser). Et dans cette même cérémonie d’ouverture, un vainqueur des WCG 2006, Alan Enileev faisait partie des porte-drapeau, donnant ainsi un signe fort de la reconnaissance du gamer en tant qu’athlète. Dommage que TotalBiscuit ne se souvienne pas de cet aspect là de la Russie.

L’esport reste un univers jeune, qui peine à acquérir sa crédibilité, et qui souffre pourtant déjà de la plupart des maux qui touchent son frère jumeau, le sport traditionnel. Il est et doit rester de l’entertainment, un créateur de spectacle, un vendeur de paillettes.  Tout comme avec le sport traditionnel, la politique et les questions sociétales auront vite fait de s’intégrer dans le milieu de l’esport, pour faire de la récupération, et de la moralisation de bas étage. Il est donc d’autant plus dommage que des gens influents du milieu, TB aujourd’hui, mais n’importe qui demain, interviennent comme dans cette situation, sur des motifs assez peu convaincants… Ce genre de move prive ainsi l’importante communauté esportive russe d’un tournoi qui aurait pu être bien plus intéressant.

Les chinois, qui ont eux accueilli deux fois les WCG, doivent bien se marrer pour le coup…

6 COMMENTAIRES

  1. Bel article :)

    Il n’y a pas vraiment pour eux de grand intérêt d’y aller je suppose, entre le « faible » cashprice et la situation actuelle en Russie (ou d’autres raisons), peut-être que TB veut simplement faire passer l’homophobie comme un prétexte pour ne pas y aller. Mais c’est sûr que c’est pas justifié pour l’image de la Russie.

  2. Un très bon article comme souvent, j’aurais juste une remarque vis-à-vis des coming out, il y à eût UN exemple de coming out, Last Shadow qui était un joueur pro sur SC2 et qui est aujourd’hui coach pour une équipe league of legends coréen (et présente au lcs il me semble) et qui à dit à de multiple reprise lors d’interview et sur des streams qu’il était effectivement gay.

  3. Ah, ça fait plaisir de revoir des news ici!

    Après pour les questions que tu soulèves… Le sport à toujours été un lieu ou la société peut protester et évoluer.On peut pas vraiment changer ça dans le fond, les gens qui organisent et participent à des events ESport son humains, après tout. Mais dans la forme, le boycott d’une compétition n’a jamais été une bonne solution.

  4. Ça fait plaisir de voir que vous pouvez toujours sortir de très bon article avec suffisamment de recul pour que ce soit vraiment intéressant. Ça me fait d’autant plus plaisir de vous avoir poussé à écrire cet article.

    On en redemande <3

REPONDRE