Modern Times Group, objectif monopole ?

Modern Times Group, objectif monopole ?

0
PARTAGER

En ce moment, les jours se suivent et se ressemblent tant les acteurs de l’industrie esportive semblent actifs. Nous vous parlions il y a quelques jours du rachat de team8 par Immortals, et de sa pléiade de stars, puis hier de l’investissement de 100 millions de dollars d’Alisher Usmanov dans la structure Virtus.Pro… et aujourd’hui, c’est MTG qui fait à nouveau parler.

A nouveau, car Modern Times Group a déjà fait une entrée remarquée dans le monde de l’esport en acquérant 74% des parts de l’ESL au mois de juillet 2015, contre une somme estimée à 78 millions d’euros.modern-time-group-logo-mtgLe groupe de medias suédois, qui diffuse du contenu dans plus de 100 pays, passe la seconde en annonçant aujourd’hui le rachat complet de la ligue nord-américaine ESEA, un rachat qui devrait engendrer le remplacement de tout le board actuel. Pour rappel, il y a deux ans, un énorme scandale avait éclaté à propos du logiciel anti-cheat de l’ESEA, utilisé pour miner des Bitcoins à l’insu des joueurs.

Mais MTG ne compte pas s’arrêter là, et comme le révèle Richard Lewis sur Breitbart, la société suédoise serait déjà en négociations afin de racheter la DreamHack. Seul problème, MTG et le propriétaire actuel de la DH, Bernt Ohlén (père de Robert Ohlén, l’ancien boss de la structure entre 2010 et 2014) n’ont pas encore pu s’entendre sur un prix jugé convenable de chaque côté.

ESL, ESEA, DreamHack.. Quelle logique ?

Petit à petit, MTG est train d’acquérir tout ce qui organise de l’event esportif, en dehors évidemment des éditeurs. D’ailleurs, ces achats sont extrêmement bien pensés, compte tenu des liens qui peuvent exister entre les diverses parties impliquées ici. En 2014, l’ESL et l’ESEA établissaient par un partenariat permettant à l’ESL de s’implanter sur le continent nord-américain. L’ESL a depuis racheté l’agence Esports Services (ESS), créée par le copropriétaire de l’ESEA, Craig Levine, le nomment ainsi vice-président exécutif de Turtle America.

Enfin, le rachat du groupe DreamHack par MTG pourrait être grandement facilité par leurs relations déjà existantes depuis 2 ans, et le financement par MTG d’un studio dédié au coverage des compétitions DH.

Si MTG venait à acquérir le troisième larron -aka la DreamHack-, alors il serait en situation de quasi-monopole face aux éditeurs dans l’organisation des plus grandes compétitions. Le contrôle de ce nouveau trust sur la scène esport offrirait d’énormes possibilités : outre le fait qu’il sera en position de contrôler tous les events majeurs de plusieurs jeux, comme sur Starcraft 2 par exemple, il pourra -comme certaines rumeurs persistantes le laissent entendre- mettre en place une ligue mondiale sur CSGO, avec des équipes qui ne pourraient plus évoluer sur aucune autre compétition hors de ce circuit, à la manière de ce qui se fait sur la scène League of Legends. Bref, la liberté d’action d’un groupe qui est en situation de monopole sur un secteur. Quant aux problèmes que cela peut engendrer…

 

esl-one-cologne-csgoEn quelques années, l’esport s’est transformé, passant de l’anarchie aux acteurs multiples à un business contrôlé par une poignée de tout-puissants. Désormais, ça va être compliqué pour ceux qui ne sont pas montés dans le bon wagon.

Si j’étais Oxent, je posterais une petite annonce sur LeBonCoin, juste au cas où…

 

 

Source : Breitbart – Crédit images : ESL

Vous aimez IEWT ? N’hésitez pas à le faire savoir, et votez In esport we trust pour les Golden Blog Awards 6.

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE