Le cas Colin Cowherd, ou l’intolérance bilatérale

Le cas Colin Cowherd, ou l’intolérance bilatérale

6
PARTAGER

Colin Cowherd a encore frappé, il ne peut pas s’en empêcher. Nous avions déjà parlé de lui il n’y a pas si longtemps sur IEWT, alors qu’ESPN, son ancien employeur, avait annoncé rechercher un rédacteur en chef esport. Pour rappel, lors de la diffusion des finales d’Heroes of the Dorm par le groupe de presse américain, Cowherd avait expliqué son point de vue sur le sport électronique, qu’il place loin en dessous du sport traditionnel qu’il commentait sur ESPN, et qu’il quitterait son poste si on lui demandait d’en commenter.

Passé chez la concurrence, en l’occurrence Fox Sports, Cowherd a eu une nouvelle fois a s’exprimer sur le sport électronique à l’occasion de l’annonce de la création d’une nouvelle compétition CSGO par TBS. Presque un prétexte pour relancer les hostilités.

Le petit rire nerveux à la dixième seconde est révélateur : Colin le troll va pouvoir se lâcher. Au programme, son point de vue sur l’esport et les JV, qu’il rattache avec la vision qu’il en a, c’est à dire son fils qui joue chez lui, et un retour sur une séquence comique qui s’est déroulée lors du dernier EVO.

Sur le fond, ses propos font évidemment penser à ceux, en France, de Nagui, Antoine de Caunes ou Laure Manaudou, très critiques. Et comme pour ces trois là, Colin Cowherd a eu droit a pas mal de réactions. Même si ces gens ont des visions rétrogrades de l’esport et des JV, il n’empêche qu’ils permettent d’observer une réaction plutôt intéressante.

Journaliste intolérant vs. communauté intolérante

Colin Cowherd est à l’aise dans son rôle. Avec sa dégaine de premier de la classe, et son comportement moitié journaliste, moitié troll (jetez un coup d’œil à son compte twitter), Cowherd fait ce qu’on attend de lui, et donne son avis, aussi cru puisse-t-il être, à la manière d’un Pierre Menes en France. Qu’il n’y connaisse rien comme la plupart des journalistes, ou qu’il n’apprécie tout simplement pas, au final, peu importe, il donne son avis. Si on devait reprendre tous les journalistes qui s’expriment -mal- sur des sujets qu’ils ne connaissent pas, ça serait sans fin. Non, le problème, c’est le procès qui s’ouvre à chaque fois qu’une personne publique critique les JV ou l’esport.

C’est devenu un fait indéniable, la communauté des joueurs constitue aujourd’hui un (très) puissant lobby de pleureuses, des gens qui partent en croisade à la moindre critique.

orelsan« Bien contents qu’on leur fasse du tort, c’est à celui qui condamnera le plus fort »

Pendant des années, le microcosme esportif s’est construit sous les critiques du cirque médiatique, souvent à tort et à base de préjugés. Malgré ce traitement injuste, l’esport a progressé pour devenir aujourd’hui une activité mainstream, et se place comme la discipline compétitive avec le plus de perspectives pour demain.

Est-ce une sorte de vengeance de la part des joueurs de partir maintenant en guerre contre ceux qui ne se plient pas devant « L’Esport », comme s’il était une nouvelle religion à laquelle chacun devait se soumettre ?

Même face à un monument de mauvaise foi (ou de connerie) comme Cowherd, on se demande de quel côté se situe l’intolérance. Soyez Charlie, merde, et laissez exprimer ses idées. Si on peut gratter quelques parts de marché supplémentaires comme ça… ( ͡° ͜ʖ ͡°)

6 COMMENTAIRES

  1. Est-ce qu’il ne serait pas intéressant de retourner le problème, en se disant que des chaînes de télé vont investir (massivement?) dans un domaine qui est encore de niche, quoi qu’on en dise. Et qui dit arrivée d’argent, dit zergling rush d’opportunistes qui vont sortir du bois pensant ramasser de l’argent facile en montant une équipe de toutes pièces pour l’envoyer au feu dans la foulée. C’est aussi des choses dont il faut tenir compte, même s’il faut être clair sur le fait que les audiences des events ESportifs dépassent déjà celles de bon nombre de sports « traditionnels ».

    PS : on sent quand même que le monsieur est salty et qu’il tient à le faire comprendre. :)

  2. Je viens de penser à un truc, c’est qu’en fait, c’est totalement inutile de pleurer, _surtout_ vu que l’esports s’en sort bien et progresse sur les dernières années, et que ça ne semble pas près de s’arrêter tout de suite avec des audiences toujours plus grandes.

    Du coup en fait, pour moi, la réponse intelligente, c’est de ne rien dire justement et de laisser l’audience juger (parce que des gens qui regardent de l’esports, ce sont des gens qui ne regardent pas un autre média au même moment).

  3. En meme temps, pourquoi réagir, il se ridiculise lui même tout au long de l’interview. On voit bien (comme tu le souligne) qu’il est incompétent dans le domaine, personne dans le domaine ne devrait relever donc dans un sens, je suis d’accord.

    Mais c’est aussi devenu courant de voir du internet bashing dès qu’une personne (journaliste ou non) parle et dit n’importe quoi. C’est juste que l’esport (le JV) est beaucoup plus lié à Internet qui produit cette effet de masse que l’on a moins sur des sujets mainstream (et encore, il suffit de regarder le tweetfeed du Canal Football Club pour voir comment cela peut être trash).

REPONDRE