Game Over, le règne des jeux vidéo

Game Over, le règne des jeux vidéo

4
PARTAGER

Vous en avez peut-être déjà entendu parler si vous traînez sur les internets ces dernières semaines, le documentaire « Game Over » a enfin été diffusé dans la nuit de samedi à dimanche sur Arte. Réalisé par Hervé Martin Delpierre sur un format tv (52 min), il met en scène des acteurs très différents de l’univers des jeux vidéo. De Paris à Tokyo en passant par Los Angeles, Game Over vous propose de suivre les trajectoires et le travail d’Etienne Armand Amato (sociologue), Vanessa Lalo (psychologue), Jenova Chen (game designer installé à LA), Zain Zheng Xin (gold farmer chinois) et Yoshinori Kitase (Square Enix, responsable de la franchise Final Fantasy).

Que retenir, en quelques mots de ce reportage ? Les fans de jeux vidéo (au sens large) apprécieront certainement la diversité des sujets abordés, bien que le format empêche un développement plus profond et qui aurait pu être très intéressant. La photographie est très soignée, et on sent un réel travail sur la mise en scène et l’utilisation des éclairages (en particulier pendant les interviews) pour un rendu particulièrement agréable à l’œil. Outre la forme, le fond est assez varié, de la vie du gold farmer chinois à l’étude du rapport qui peut exister entre les joueurs et leurs avatars, tendant à montrer l’importance qu’ont pris les jeux vidéo dans nos vies.

Enfin, et c’est que je retiens particulièrement, le documentaire parvient à nous transmettre ces émotions qui nous motivent à jouer. Les JV sont devenus un loisir universel, pourtant, chaque joueur a un rapport particulier et une sensibilité propre qui font que les jeux vidéo sont devenus bien plus qu’un simple loisir. Bref, si vous souhaitez regarder ce documentaire, ne tardez pas trop, puisqu’il n’est disponible que pendant 7 jours sur la plateforme de VOD du site Arte.tv.

4 COMMENTAIRES

  1. réalisation très singulière.
    ça relève plus de la figure de style que du documentaire j’ai trouvé. Du coup on perd assez vite le propos et le côté informatif du reportage est mis de côté par l’aspect contemplatif.

    c’est joli à regarder mais on n’y apprend pas grand chose

      • Bah justement je mate beaucoup de docus sur Arte et je me suis servi de ça comme point de comparaison :p
        Le public c’est le français moyen, c’est super accessible !

        • Français moyen ? C’est pourtant pas le même public que tf1 par exemple ! ^^ Mais au delà de la cible, le gros problème reste le format. 52min + 5 personnages suivis, ça limite fortement les possibilités de développer réellement sur un sujet. Il faudrait que ce soit une série en fait.
          Ah et chose sympa que j’ai vu sur la page fb du documentaire, il y aurait qqch sur l’esport en préparation ! :)

REPONDRE